Accueil Marketing Sportif Interviews / Dossiers La numérisation du sportif via les tablettes et téléphones intelligents !

La numérisation du sportif via les tablettes et téléphones intelligents !

PARTAGER

Avant de se rendre à la table ronde santé et sport du salon du numérique mobile au Palais des congrès de Montréal ce 20 et 21 février 2014, il nous a semblé pertinent de vous partager un petit article qui dresse rapidement quelques exemples de la numérisation de la vie du sportif.

L’athlète d’aujourd’hui s’entraîne avec des applications comme Runkeeper, Runtastic, Nike + ou Mi-Coach sur son iphone, signe des autographes sur sa tablette durant un Google+ Hangout et remercie ses commanditaires sur Twitter. Voilà à quoi peu ressembler la vie du sportif connecté. Mais à quoi cela lui sert t-il ?

Run

Le numérique pour optimiser sa performance !

En effet les nombreuses applications mobiles permettent une plus grande précision dans l’entraînement du sportif. Grâce aux puces GPS des téléphones intelligents, le sportif peut désormais suivre instantanément son trajet, le nombre de kilomètres parcourus, sa vitesse ou ses records. Une batterie de statistiques qu’il n’aurait peut-être pas eu s’il était allé courir avec son simple chronomètre en main.

Ce type d’application se décline bien entendu pour différent type d’entraînement : Course, Gym, Vélo, etc…

Les équipementiers Nike et Adidas se livrent d’ailleurs une bataille sur le terrain des applications en développant leur propre montre ou bracelet électronique à capteur de mouvements, pouvant calculer les pulsations cardiaques en offrant des informations importantes relatives à l’entraînement de l’athlète.

Certaines marques poussent l’expérience encore plus loin. Notamment dans le tennis, où des firmes comme Babolat ont créé une raquette permettant de fournir des informations telles que le nombre de coup droit et de revers, l’emplacement de la balle sur la raquette au moment de la frappe, etc…

Le même type d’application existe pour le Hockey. La réalisation a été faite par la compagnie Québécoise Quatriuum. En plaçant des capteurs FWD Powershot sur votre crosse, vous pouvez connaître l’amplitude de votre élan, la vitesse du tir, rapidité d’exécution, etc… Il ne reste plus qu’à comparer vos efforts à ceux de vos co-équipiers depuis votre téléphone intelligent.

Le sportif d’aujourd’hui regorge d’un bon nombre d’outils statistiques permettant d’améliorer sa performance sur les terrains. Le téléphone intelligent et les tablettes numériques viennent donc compléter la pratique d’entraînement du sportif à travers différentes applications et outils connexes. Toutefois le volet numérique ne sert pas seulement à l’entraînement, mais aussi à la stratégie de communication du sportif.

Contrôler son image sur le web !

L’air des médias sociaux a révolutionné la communication des sportifs. L’athlète devient son propre média avec ses plateformes de réseaux sociaux. Il y a encore quelques années son rôle de communication se limitait à son site web et quelques conférences de presse. Le lien avec les fans était donc à sens unique. Aujourd’hui avec les réseaux sociaux, les fans, la presse, ou les commanditaires peuvent interagir avec le sportif. Ce qui modifie les aspects de sa communication et de son utilisation des plateformes numériques.

En voici 3 aspects importants :

Établir des relations avec les médias

Un bon nombre d’article de presse sont écrits à partir d’un tweet car les journalistes suivent l’information des différents athlètes sur des sites de microblogging comme Twitter. Même si les médias sociaux ont pris une place importante, le rôle des médias traditionnels conservent un intérêt majeur auprès du grand public. Le volet médiatique pousse donc les athlètes à avoir une présence et établir des contacts sur le web.

Un bon nombre de sportifs et journalistes sont donc en lien direct sur ces plateformes. Les sportifs ou les sports moins réputés feront quant à eux davantage appel à leur communauté.

Bâtir une communauté

Être sur les médias sociaux c’est bien, avoir une communauté c’est mieux ! On ne parle pas de battre le record du nombre de fans, mais plutôt de bâtir une communauté. Celle qui vous suit, vous retweets, commente et partage vos contenus auprès de leurs amis… En bref, celle qui fait grandir la notoriété de l’athlète sur les réseaux.

Pourquoi est-ce si important d’être aimé ?  Un sportif moins médiatisé aura davantage de chance d’être relayé par les médias traditionnels s’il obtient une belle visibilité sur les réseaux sociaux et qu’il a une histoire intéressante à raconter (Cela nécessite la performance sportive qui va avec bien entendu). Les 3 soeurs Dufour-Lapointe en sont un bel exemple avec les centaines de milliers de fans Facebook accumulés en quelques jours, sans même avoir commencé la moindre épreuve aux Jeux de  Sotchi.

L’étape suivante n’est pas d’être aimé par le plus de personne possible ou recevoir le plus de messages, mais de monétiser ses plateformes.

Monétiser ses plateformes

Lorsque le sportif a commencé à bâtir et fidéliser sa communauté, son but sera de valoriser ses commandites. Imaginez 100.000 personnes qui le suive et l’aime ? Ça attire forcément les marques ! Certains équipementiers profitent de leur partenariat avec les sportifs pour positionner subtilement (ou pas) leur marque sur les plateformes des athlètes (Ex: Christiano Ronaldo qui tweet sa dernière paire de chaussure avec une virgule nettement visible)

Ou bien cela laisse place à une nouvelle forme de commandite temporaire. Le sportif québécois George Saint-Pierre (GSP) le fait très bien en proposant aux marques 5000$ le tweet et 10.000$ le statut Facebook sur sa page comptant plus de 3,7 millions de fans à travers le monde (Source LaPresse – 2011).

Les applications et outils numériques autour du sportif se multiplient à grande vitesse. Les plus jeunes athlètes sont d’ailleurs de plus en plus connectés, du fait qu’ils grandissent avec ces différents outils technologiques.

Est-ce que tous ces outils profitent réellement aux sportifs ? Comment peuvent-ils propulser ou nuire à leur carrière selon-vous ?

N’hésitez pas à venir nous voir ou nous poser des questions durant le salon (20 et 21 février 2014) ou sur les médias sociaux, il nous fera un plaisir d’échanger avec vous !

Crédit photo : Runtastic