Accueil Financement Crowdfunding Sportif Sport amateur : Une bonne communication qui rapporte 6 220 €

Sport amateur : Une bonne communication qui rapporte 6 220 €

PARTAGER

En septembre dernier, le club de l’AS Monaco Football Féminin recevait un virement de 6 220 € (9 080 $ CAD) pour sa campagne de financement participatif. Nombreuses sont les associations sportives qui aimeraient recevoir ce type de support pour leur projet mais ne savent pas par où commencer ?

J’ai donc interrogé Vanessa Tomaszewski, bénévole responsable de la communication digitale de l’AS Monaco Football Féminin. également footballeuse à l’AS Monaco Football Féminin depuis 2 ans, Vanessa s’occupe de la communication du club. Diplômée d’un Master en Marketing Digital en école supérieure de commerce, elle travaille depuis en agence marketing… Une consoeur ;-).

Elle va d’ailleurs lancer son blog qui va parler football (soccer) et numérique. À suivre au lien suivant : . En attendant son lancement, vous pouvez la suivre via Twitter 

Pourquoi vous êtes-vous impliquée dans cette campagne de socio-financement sportif ? Comment est venue l’idée de cette campagne de financement participatif  ?

Vanessa Tomaszewski : Il y a un peu plus d’un an je me suis blessée au genou. Je voulais garder un lien avec le football malgré cette blessure. J’ai donc décidé de m’investir bénévolement dans le développement de mon club. Je me suis lancée le défi de m’occuper de la communication digitale de l’AS Monaco Football Féminin. Mon objectif était de construire une communauté de supporters et donner une visibilité au club pour trouver plus facilement des entreprises partenaires.  Nous sommes repartis de 0. J’ai créé un site www.asm-ff.com et lancé une nouvelle page Facebook et un compte Twitter en septembre 2015.

L’objectif sportif de la saison 2015-2016 était la montée en DH (3ème division dans le football féminin). La campagne de crowdfunding (voir ici) a été lancée dans le but de financer cette montée en division supérieure qui implique de nombreux frais supplémentaires pour le club. C’est Thomas Martini en charge des partenariats du club qui a eu l’idée de mettre en place ce projet.

Pour nous, lancer une campagne de financement participatif était aussi une manière de prouver que même en étant un club amateur on pouvait innover dans notre démarche de développement en mettant au centre de notre projet les supporters. La communication a joué un rôle essentiel. Lire : Club sportif : 8 raisons d’être présent sur les réseaux sociaux !

L’étiquette « AS Monaco » a t-elle un impact sur une campagne Crowdfunding ? Pourquoi ?

V. T. : Il est important de préciser que notre club, l’AS Monaco Football Féminin n’est pas lié au club professionnel de l’AS Monaco FC. Nous sommes un club amateur lié à l’Association Sportive de Monaco.

Il est certain qu’en termes de notoriété, posséder le terme « AS Monaco » dans le nom de son club suscite l’attention. L’AS Monaco est une marque qui a un fort rayonnement national et international auprès des supporters.  Je me suis intéressée à la façon dont communique l’AS Monaco FC. Les supporters internationaux sont très importants dans la stratégie digitale du club. Donc, concrètement quand j’ai communiqué sur notre campagne de crowdfunding sur Twitter, j’ai pris en compte cette dimension internationale. L’objectif était de rassembler et intéresser notre communauté de supporters autour de ce projet.

 Sachant que le crowdfunding sportif a par essence l’objectif de toucher les supporters, il est certain que cela a un impact. Et justement il était très important d’expliquer aux supporters les raisons de cette campagne et comment le budget serait utilisé : location des terrains, location du bus…

L’AS Monaco FC nous a aidé en nous offrant des packs VIP et des maillots à intégrer aux contreparties de notre campagne.

Quels ont été les freins et les craintes avant le lancement de la campagne ?

V. T. : L’une des craintes pour ma part était le timing de la campagne. Nous l’avons lancée pendant l’EURO 2016 et les barrages de DH. L’EURO 2016 aurait pu faire oublier cette campagne mais ça n’a pas été le cas puisque l’intérêt pour le football était à son maximum  à cette période. »

Comment s’est fait le choix de la plate-forme de financement participatif Fosburit ?

« Nous avons étudié les différentes possibilités et c’est Fosburit qui nous a paru la plus intéressante puisque c’est une plateforme de crowdfunding dédiée au sport. D’autre part ils ont un partenariat avec le Crédit Agricole, très présent dans le football. Grâce à notre communication sur les réseaux sociaux, nous avons gagné le concours de votes « On a tous un côté foot » qui nous a permis d’ajouter 1000€ à notre campagne.

Note : Il existe une multitude de plates-formes de crowdfunding dédiées au sport pour vos projets : MakeAChamp, Sponsorise.me, Fosburit, etc…

Avez-vous géré la campagne toutes seules de A à Z ou avez-vous été aidées ?

V. T. : Nous étions 3 à nous investir dans ce projet au club : Thomas Martini qui était en contact avec Fosburit avant pendant et après la campagne, André-Pierre Couffet le président du club qui s’est occupé de la partie administrative et l’envoi des contreparties et moi même qui me suis occupée de la création de la vidéo de présentation et de toute la communication digitale. Nous avons également été aidés par Simon, chef de projet chez Fosburit pendant toute la campagne.

Qu’est ce qui a le mieux fonctionné ? Les emails, les réseaux sociaux,… ? Pourquoi ?

« Les réseaux sociaux et le bouche à oreille. Les gens ont besoin de comprendre le projet et d’en parler avec les responsables de la campagne avant d’investir dans le crowdfunding. D’autre part, en 1 an nous avons réussi à construire une belle communauté de supporters sur les réseaux sociaux (2800 fans sur Facebook et 900 sur Twitter)  et certains ont voulu concrètement nous encourager par un don qui leur permettait de recevoir en échange une contrepartie aux couleurs de l’ASM FF (mug, maillot de football…). »

Aviez-vous prévu une communication avec la presse avant le lancement ? 

V. T. : Un reportage a été réalisé par Monaco Info la chaîne TV monégasque.

Est-ce que vous avez mis une mise de fond au départ pour stimuler la campagne dans les premiers jours (ex: contribution des joueuses) ?

V. T. : Afin de réussir notre campagne, nous devions atteindre successivement ces 3 cercles :

– 1er cercle : notre famille, nos amis proches. Fosburit ne met en ligne en public la page de la campagne que quand on atteint 10% de la campagne. Au début nous n’avons le droit que de communiquer auprès de ce 1er cercle.

– 2ème cercle : les amis de nos amis, nos connaissances, les partenaires

–3ème cercle : les personnes que nous ne connaissons pas

Donc au début ce sont les joueuses, le staff et leur entourage qui ont effectué les premiers dons. Cela est nécessaire en terme de crédibilité : si on croit nous même en notre projet les autres croiront en nous.

Aviez-vous utilisé des publicités du type Facebook Ads pour faire la promotion ? Si oui lesquelles et quels ont été les résultats ?

V. T. : Non nous n’avions pas de budget communication web. Néanmoins nous avons imprimé quelques affiches qui ont été placées dans les commerces.

Comment expliques-tu le succès cette campagne ? (sans avoir des millions de fans Facebook…)

V. T. : Je pense qu’il y a plusieurs facteurs clés de succès à notre campagne :

  • L’engagement fort de nos supporters pour partager la campagne. Ce sont ces mêmes groupes de supporters qui sont les premiers à relayer nos actualités sportives. Cela nécessite en amont d’avoir travaillé sur la construction d’une communauté de fans sur les réseaux sociaux. L’important n’est pas d’avoir des millions de fans, l’important est d’avoir des fans engagés, actifs qui sont là pour soutenir le projet.
  • Une stratégie digitale réfléchie avec des actions très précises. Nous avons tenté d’aller au-delà des frontières de Monaco et de la Côte d’Azur pour faire connaître ce projet. C’est la raison pour laquelle nous avons eu aussi des dons de personnes qui ne connaissaient par forcément notre club auparavant.
  • J’avais réalisé une sorte de mini étude de marché pour voir quelles campagnes de crowdfunding avaient réussi auparavant afin de m’en inspirer pour mettre en place une communication efficace.

financement-des-clubs-sportifs-amateursQuel est ton meilleur souvenir de cette campagne de crowdfunding sportif ?

V. T. : Quand nous avons atteint les 100% de la campagne ! Cela voulait dire que nous avions réussi. D’autre part, en menant cette campagne nous avons décidé de verser une partie de la somme récoltée à  la Fondation Flavien, association qui lutte contre les cancers pédiatriques. C’était une motivation supplémentaire pour réussir. Si notre visibilité peut soutenir des causes importantes c’est une bonne chose.

Pour terminer, quelle est la question que l’on ne t’a jamais posée mais que tu aimerais que l’on te pose à propos de cette campagne ?

V. T. : Penses-tu que cette campagne aurait marché sans une communauté de fans sur les réseaux sociaux ?

Rejoignez l’AS Monaco Football Féminin sur le web :

Lire également : Association sportive : Comment augmenter son nombre de licenciés grâce aux réseaux sociaux ?

financement-participatif-dans-le-sport-formation