Accueil Réseaux Sociaux Meilleures pratiques Comment les centres sportifs gèrent-ils la crise?

Comment les centres sportifs gèrent-ils la crise?

PARTAGER

Depuis le 15 mars, le flou et l’inconnu animent les centres sportifs du Québec qui n’étaient pas préparé à fermer aussi subitement. Face à cet inconnu, une seule solution s’offre à eux pour rester présents dans l’esprit des gens, le marketing numérique et les médias sociaux. Depuis le confinement, les publicités, entraînements en ligne et vidéos sur les médias sociaux ne cessent de se multiplier. Beaucoup en ont profité pour revoir ou bâtir leur stratégie numérique.

Des enjeux similaires :

Les centres sportifs comme le club sportif MAA ont comme principal enjeu durant cette période de rester présent dans l’esprit des gens et cela passe par une bonne maîtrise des médias sociaux et des outils numériques, nous soulève Nathalie Lambert, ancienne athlète en patinage de vitesse courte piste et directrice aujourd’hui des programmes sportifs et des communications.

La nécessité d’une stratégie numérique différente 

 Le Covid-19 a remis en question les stratégies numériques des centres sportifs et ces derniers ont du mettre en place un nouveau plan de crise de manière à savoir quel contenu produire et qui viser pour maintenir l’activité.

  » Il faut se réévaluer chaque jour et s’ajuster » Anthony Cordeiro

Les centres sportifs qui étaient peu présents sur les médias sociaux avant la pandémie ont été forcés d’y mettre plus d’emphase et de poster davantage de contenu ainsi que de mettre en place des cours en ligne via des plateformes tel que Zoom.

Ceci a été le cas de l’école de Karaté Kanreikai Montréal qui, après s’être rendue compte que plusieurs de leur membres étaient présents sur les médias sociaux, a du relever le défi de « devenir plus actif et de poster plusieurs vidéos par semaine mêlant exercices, techniques traditionnelles et échauffements », nous révèle Anthony Cordeiro, aujourd’hui instructeur et co-administrateur de l’école. Ce dernier ajoute que « l’école songe même à mettre en place des vidéos plus longues servant de cours de karaté. »

D’autres centres sportifs tels que le Cepsum ou Report Fitness ont décidé de proposer des entraînements en direct gratuits et réfléchissent à proposer des cours virtuels payants, nous confient Benoit Mongeon, coordonnateur communication/marketing au Cepsum et Alessia B. Kofftun, CEO du gym Hiit Report Fitness. 

Type de contenu sur les médias sociaux pour un impact positif

« On doit garder notre nom et notre marque présents sur les médias sociaux » Nathalie Lambert

Il est indéniable que les plateformes numériques et sociales ont permis d’augmenter la valeur des centres sportifs puisque celles-ci leur permettent de rester proche de leurs membres. Alessia B. Kofftun nous rapporte que Report Fitness « a constaté l’augmentation de sa base d’adeptes et de sa portée au cours du mois dernier, mais qu’ils ne savent pas si à la réouverture du centre, cette croissance numérique aura un impact sur les ventes des abonnements physiques ».

De plus, il est important de dire que le type de contenu posté pendant cette période influe beaucoup sur l’image de marque des centres sportifs. En effet, les quatre centres sportifs sont d’accord pour affirmer qu’il faut miser sur du contenu positif, motivant et rassurant et laisser de côté les ventes. Ce contenu doit être adapté à la situation actuelle où plusieurs personnes ont connu une perte de revenus et d’emplois et connaissent des moments d’inquiétude, de stress et d’angoisse. De plus, étant donné le confinement, Report Fitness essaie de poster « moins de séances d’entrainements impliquant l’utilisation d’équipements sportifs car la plupart des personnes n’y ont pas accès et se sentiront exclues » nous relève Alessia B. Kofftun.

Selon les personnes interrogées, les éléments les plus importants que les centres sportifs doivent avoir sont la passion, la positivité, la flexibilité, la sécurité et l’accessibilité et nous notons que ces mêmes éléments doivent être transmis dans leur communication que ce soit sur les médias sociaux ou ailleurs.

Les erreurs à ne pas faire sur les médias sociaux :

L’utilisation des médias sociaux rapporte des résultats très intéressants si ces derniers sont bien utilisés. Parmi les erreurs les plus fréquentes, nous notons:

  • Ne pas être actif en tout temps
  • Ne pas avoir l’expertise adéquate
  • Ne pas s’adapter à la période actuelle
  • Ne pas avoir le bon dosage quant à la fréquence des publications
  • Ne pas être pertinent
  • S’éparpiller

«  Il faut avoir une orientation claire et définie et garder le cap. Il ne faut pas devenir une poubelle d’informations. Il faut être pertinent quand on communique quelque chose, donc des fois le faire moins souvent mais être plus concret et pertinent, c’est important ! » Benoit Mongeon

Faire de la publicité

Le confinement pousse les gens à passer plus de temps sur leur cellulaire et de ce fait plus de temps sur les médias sociaux. Or, dans un contexte où les incertitudes sont nombreuses, certains préfèrent arrêter de faire de la publicité tandis que d’autres souhaitent continuer.

En effet, le Cepsum a arrêté cette pratique même si leurs publicités vidéos fonctionnaient bien. Néanmoins, ils comptent reprendre la publicité si la pandémie perdure, nous révèle Benoit Mongeon. Il en est de même pour le club sportif MAA mais pour une autre raison, celle d’un manque d’espace et de capacité d’accueil puisque ces derniers vont déménager en 2021. De plus, ces derniers comptent beaucoup sur le bouche à oreille des membres pour se faire connaître.

Nous avons remarqué au travers des différents comptes que nous gérons que l’utilisation des médias sociaux est en progression et que les investissements publicitaires sur ces canaux sont eux en diminution, ce qui a pu faire baisser le prix de la publicité Facebook dans certaines industries. Il peut donc être intéressant de faire de la publicité sur Facebook en ce moment en proposant des messages positifs et surtout adaptés à la situation. C’est d’ailleurs ce qu’a fait Report Fitness en mentionnant dans une de leur publicité à succès qu’ils recherchaient le soutien de leurs membres pendant le Covid-19. Nous abordons d’ailleurs ce sujet dans la formation sur les publicités Facebook et Instagram à succès.

Communiquer par courriel

La communication par courriel reste très utilisée en cette période par les centres sportifs. L’utilisation des infolettres pour informer, conseiller et rassurer les membres est la pratique la plus commune. Nous retrouvons certains éléments clés dans les courriels:

  • utilisation du mot « COVID-19 » en objet du courriel
  • messages d’empathie et de solidarité
  • peu de promotions
  • informations sur les offres de cours gratuits
  • informations administratives

Le club MAA « propose des PDF, des textes et des petites vidéos  sur une base régulière et utilise des outils CRM pour les envoyer à la liste des membres », nous informe Nathalie Lambert.

Intégrer des vidéos est une pratique intéressante car cela permet de rendre votre courriel plus interactif et ceci requiert moins de concentration et de temps de la part de votre destinataire. C’est donc un bon point de différenciation.

Futurs enjeux en ligne 

Nous l’aurons compris, le Covid-19 aura permis aux centres sportifs de prendre conscience qu’il est nécessaire d’être présent sur les médias sociaux et qu’il faut absolument bien maîtriser les outils numériques. Plusieurs des pratiques adoptées en cette période de Covid-19 vont continuer d’exister après la reprise de manière à donner le choix aux membres de s’entraîner de la manière dont ils le souhaitent.

 « La situation de COVID-19 nous permet d’avoir une réflexion sur les transformations intéressantes pour notre industrie. » Nathalie Lambert

Cette situation a montré que les gens sont très captifs par les programmes en ligne et a de ce fait, fait naître de nouveaux enjeux en ligne. L’école de Karaté Kenreikai Montréal a par exemple le souhait de « mettre en place le live streaming avec une section Q&A pour qu’une équipe d’instructeurs puisse communiquer en direct avec les gens et répondre à leurs questions » nous explique Anthony Cordeiro.

Anticiper la reprise

Il est certain que la reprise doit être anticipée et les centres sportifs se rejoignent en disant qu’il faut avoir différents plans d’actions prêts à être mis en place.  Les points qu’il faudra prendre en compte dans ces plans sont les précautions sanitaires et la sécurité des usagers. En ce sens, il faudra savoir que faire s’il faut garder une distanciation sociale.

Les plans devront pouvoir répondre à des questions, telles que :

  • Est-ce qu’il faut continuer à ouvrir les vestiaires ?
  • Comment les entrainements privés coach/membre vont se passer avec la distanciation sociale ?
  • Combien de personnes faut-il garder en cours de groupe?
  • Faut-il fermer les petites salles ?

Néanmoins, malgré les incertitudes, les centres sportifs sont d’accord sur le point que la santé et la sécurité des membres est la priorité en ce moment. Les personnes interrogées ont tenu à partager des messages de soutien et de félicitations quant à la flexibilité et l’adaptation des centres sportifs après avoir été fortement touchés par cette crise.

 « Bravo ! on a été une industrie très touchée mais on a su être créatifs et revirer de bord en un rien de temps en livrant du contenu très intéressant pour les membres et la communauté très élargie. » Nathalie Lambert